FESTI’VACHE  du 8  au  17 mars 2019

Rencontres cinématographiques sur le monde rural,

à Saint-Martin en-Haut, au Cinéma Paradiso.

Beaucoup de très bons films, dont certains sur le thème de la route.

Le film de Joachim Lafosse, tiré du livre de Laurent Mauvignier que nous conseillons dans la Route des livres.

Un documentaire  de Jean-Charles Granjon sur Ismaël qui va joindre à la nage les 5 îles des Marquises pour renouer avec l’océan qui l’a vu naître.

Le parcours d’un instituteur danois  qui choisit d’aller travailler
au Groenland dont il ne connait rien.

Le film sur Cédric Herrou, agriculteur  dans la vallée de la Roya, vallée du sud de la France frontalière avec l'Italie, qui recueille des migrants.

expo afrique

 

EXPO – Collection africaine aux Confluences

Du 8 février au 12 mai 2019

Durant près de cinquante ans, Ewa et Yves Develon ont constitué une incroyable collection d’objets d’Afrique, dont notamment des masques et des statues du Nigeria. Cette exposition vous présente les quarante premières pièces de leur donation ainsi que vingt prêts exceptionnels.

Le parcours de l’exposition retrace l’esprit qui a guidé la constitution de cette collection, entre passions fulgurantes et recherche esthétique.

(info reprise sur le site du Musée des Confluences de Lyon)

adrienne

La patience du baobab

                                         d’Adrienne Yabouza

J’ai adoré ce livre pour son écriture qui m’a permis de retrouver l’Afrique francophone, ses expressions souvent imagées, ces mots dont le sens est parfois décalé par rapport à notre connaissance ethnocentrée du langage. Merci, Adrienne, de nous permettre de nous retrouver à discuter sur place grâce à cette belle langue remaniée par la diversité culturelle qu’est la francophonie.

Quant à l’histoire, elle s’intègre parfaitement dans le thème de notre festival, périple d’une jeune centrafricaine réfugiée à Brazzaville qui va mettre 13 mois pour rejoindre son français de mari épousé au Congo.

A lire absolument avant le café littéraire avec Adrienne et Yves Pinguilly le samedi 6 avril.

Lecture proposée par Sylvie Daubignard

Manolis

 

             Manolis

                                                             Allain Glykos et Antonin

Le 24 avril va devenir en France la date de commémoration du génocide arménien. Mais qui connait encore la « Grande Catastrophe » d’Asie Mineure, exode massif d’un million et demi de Grecs d’Asie Mineure après la défaite des Grecs dans la guerre gréco-turque de 1919 à 1923 !

Cet exode a donné lieu à de nombreux massacres. Ce livre, Manolis, illustré par Antonin , a été écrit par Allain Glykos, dont le père, petit garçon appelé Manolis, a vécu cet exode. Un livre criant d’humanité.

Lecture proposée par Collectif Vents du Monde

marche pour la paix

Jai Jagat 2020

Grande marche pour la paix et la justice

Le 2 octobre 2019, une grande marche pour la justice et la paix, Jai Jagat (la « victoire du monde » en Hindi) partira de Delhi pour rejoindre Genève un an plus tard afin d’entamer un dialogue avec les Nations Unies et les grandes institutions internationales pour un autre modèle de développement. Cette grande marche non-violente inspirée de Gandhi, lancée par une organisation indienne de défense des petits paysans sans terre, Ekta Parishad, constitue un formidable outil de convergence des luttes sociales et environnementales pour toutes celles et ceux qui, non seulement en Inde, mais ici en Europe et partout ailleurs, souhaitent l’avènement d’un autre monde possible.

Le Salon Primevère accueillera le vendredi 22 février à 18h30 (salle rouge), à Eurexpo – Bron, Benjamin Joyeux, coordinateur européen de Jai Jagat.

Marche Ekta Parishad, Chhattisgarh, Inde,  2005.

KALASH

EXPO AU MUSEE DES CONFLUENCES

à Lyon jusqu’au 1er décembre 2019.

1978. Les Kalash de l’Himalaya restent un peuple mystérieux et mal connu. Ils habiteraient trois étroites vallées du nord Pakistan près de la frontière afghane, croiraient en de multiples dieux, boiraient du vin, célébreraient la nature à chaque changement de saison selon les rites dictés par leurs chamanes.
Deux ethnologues, Viviane Lièvre et Jean-Yves Loude, et un photographe, Hervé Nègre, partent à leur rencontre. Ils rêvent de vivre avec eux, d’apprendre leur langue, de partager leurs fêtes pour essayer de comprendre comment leurs traditions polythéistes ont ainsi pu perdurer.

Venez découvrir ce peuple de 3000 âmes d’éleveurs de chèvres et de cultivateurs de céréales qui partagent leur territoire avec des esprits invisibles, des « fées ».

continuer

    Continuer

                                                                                                              de Laurent Mauvignier

Sybille pense qu’elle a tout raté. Son compagnon Gaël a été tué dans l’attentat du métro Saint-Michel. Sa vie s’arrête. Brillante interne en chirurgie, elle n’arrive plus à supporter la vue du sang. Elle rêvait d’être écrivain : son manuscrit vient d’être accepté et elle ne répond pas à l’éditeur. Elle épousera Benoit qui l’a aidée à se reconstruire. Il voudra un enfant : ce sera Samuel (comme Beckett !).
Elle divorce, va s’installer à Bordeaux et travaille à l’hôpital. Son fils vit avec elle, adolescent qui sombre peu à peu dans la délinquance.
Un acte grave amène Samuel devant la police. Malgré l’avis du père, pour sauver son fils,vendant sa maison familiale, Sybille décide de prendre un long congé. Ils partiront tous les deux pour un long voyage à cheval au Kirghizistan.
La mère et le fils vont partager la fatigue, le froid, la peur, les agressions, mais aussi la beauté des paysages, le bain dans le lac après le passage dans la boue, les levers de soleil, les rencontres amicales avec les habitants et les touristes, l’amour des chevaux.
Peu à peu une connivence s’installe entre la mère et le fils. Un grave accident va enfin les réunir.
Le récit mêle habilement le passé et les péripéties du voyage et nous tient en haleine jusqu’au bout. La fin est optimiste et le lecteur en est heureux pour les personnages auxquels il s’était attaché.
.
Lecture proposée par Marie Madeleine Bochaton.

la tresse

                           LA TRESSE

                                                                                               de Laetitia Colombani

Smita vit en inde, c’est une intouchable. En attendant l’éternité les Dalits courbent l’échine et acceptent leur condition. Mais Smita veut voir sa fille échapper à ce déterminisme insupportable : elle ira à l’école. Alors Smita transgresse quelques interdits et prend la route.

Giulia vit en Sicile. Elle travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée. Traditions et regards des autres sont des freins très puissants mais Giulia veut vivre selon ses désirs et impulser une autre dynamique pour l’entreprise. Une route jusque là impensée et impensable se dessine petit à petit.

Sarah vit au Canada. Avocate presqu’au sommet de la gloire, elle apprend qu’elle est gravement malade. Après les épreuves physiques succèdent les épreuves psychologiques. Une lente descente aux enfers qui la conduit à subir la discrimination. Mais Sarah découvre qu’une autre route est possible, qu’une autre vie plus libre s’ouvre à elle.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus précieux, Smita, Giulia et Sarah refusent la destinée qui leur est réservée. Trois femmes qui ont découvert le pouvoir de dire « non » décident de se battre.

Trait d’union entre ces trois histoires se tisse une tresse d’espoir, d’humanité, de solidarité.

Un roman qui nous réveille et nous rappelle que la condition féminine dans le monde est encore trop d’actualité.

Lecture proposée par Anne-Marie Fayolle